RechercheFr menuClientConnect
Recherche
Résultats
5 premiers résultats de la rechercheVoir tous les résultats Recherche avancée
Recherches les plus fréquentes
Pages les plus visitées

    La banque européenne du climat

    La Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat pour la période 2021-2025 guide ses ambitions climatiques. Elle signale l’urgence de la crise climatique et environnementale et traduit l’engagement de la BEI, en tant que banque européenne du climat, de soutenir le pacte vert pour l’Europe, d’aider l’Europe à devenir le premier continent neutre en carbone d’ici à 2050 et de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies.

    En savoir plus

    La Banque européenne d’investissement est l’un des principaux bailleurs de fonds au monde pour l’action en faveur du climat.

    La décennie 2021-2030 est décisive pour faire face à l’urgence climatique et environnementale à laquelle est confrontée notre planète. Pour ce faire, des milliers de milliards d’investissements sont nécessaires. Nous devons :

    • limiter le réchauffement de la planète à 1,5  C par rapport aux niveaux préindustriels d’ici la fin de ce siècle ;
    • nous adapter aux effets inévitables des changements climatiques ;
    • lutter contre la dégradation de l’environnement ;
    • mettre fin à la perte de biodiversité ; et
    • arrêter de creuser les inégalités.

    L’Union européenne est à l’avant-garde de la lutte mondiale contre les émissions de gaz à effet de serre (GES) et des efforts d’adaptation à l’évolution du climat. Elle joue un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de l’accord de Paris. Le Groupe BEI place la durabilité au cœur de ces initiatives de l’UE.

    Nous devons travailler de concert pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et améliorer la résilience face aux effets des changements climatiques. Lutter contre le dérèglement climatique et aider les villes à s’adapter aux changements auxquels elles sont confrontées en ce moment même profitera à tous et toutes, partout dans le monde.

     

    En route vers Glasgow

    Les spécialistes de la BEI participent à plusieurs conférences majeures et prennent part à des discussions qui ouvriront la voie aux négociations de la 26e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 26) qui se tiendra à Glasgow.

     

    Pour en savoir plus :

    Latest news and statements:

    Depuis 2012, la BEI a mis à disposition 197 milliards d’euros de financements* à l’appui de 670 milliards d’euros d’investissements en faveur de projets qui protègent l’environnement, réduisent les émissions et aident les pays à s’adapter aux effets des changements climatiques.

    * 171 milliards d’euros consacrés à l’action pour le climat et 26 milliards d’euros consacrés à la protection de l’environnement

    Feuille de route de la banque du climat

    En 2019, le Conseil d’administration de la BEI a approuvé une nouvelle série d’objectifs ambitieux pour l’action en faveur du climat et la durabilité environnementale. En voici trois éléments clés:

    • le Groupe BEI soutiendra la mobilisation de 1 000 milliards d’euros d’investissements à l’appui de l’action pour le climat et de la durabilité environnementale au cours de la décennie 2021-2030, qui sera décisive ;
    • la BEI augmentera progressivement la part de ses financements consacrée à l’action climatique et à la durabilité environnementale pour qu’elle atteigne 50 % de ses opérations à compter de 2025 ;
    • le Groupe BEI alignera l’ensemble de ses activités de financement sur les principes et objectifs de l’accord de Paris d’ici à la fin de 2020.

    Le Groupe BEI a mis en place un conseil consultatif sur le climat et l’environnement, qui rassemble des figures de proue du monde universitaire, du secteur privé, de la société civile et des organisations internationales. Le conseil consultatif sera chargé de fournir une expertise et des conseils indépendants sur les activités que le Groupe BEI mène pour concrétiser ses ambitions en matière d’action pour le climat et de durabilité environnementale. Parmi les sujets couverts, l’accent sera mis sur la Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat et sur les activités de la Banque visant à soutenir l’adaptation aux effets des changements climatiques, ainsi que sur le cadre d’alignement du Groupe BEI sur l’accord de Paris pour les contreparties. En savoir plus

    Un plan pour l’avenir de la planète

    La Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat pour la periode 2021-2025 guidera ses ambitions. Elle est le fruit de plusieurs séries de consultations avec la société civile et d’autres parties prenantes.

    La feuille de route souligne les grandes ambitions de la BEI en matière de financement climatique en vue de soutenir le pacte vert pour l’Europe et de faire de celle-ci un continent neutre en carbone. Elle décrit les prochaines étapes du développement de l’investissement durable et fournit un cadre pour lutter contre les changements climatiques et protéger l’environnement au cours de la décennie à venir, qui s’annonce décisive.

     Télécharger la Feuille de route de la banque du climat

     Lisez notre article de blog sur la Feuille de route de la banque du climat, qui décrit les grandes ambitions de la BEI en matière de financement climatique pour soutenir le pacte vert pour l’Europe et faire de celle-ci un continent neutre en carbone

     En savoir plus sur le dialogue avec les parties prenantes

    Mettre en œuvre nos ambitions climatiques en Europe et dans le reste du monde

    Il est essentiel d’assurer la reconversion des travailleurs et de créer de nouveaux emplois dans les régions où les mines de charbon et les activités à forte intensité de carbone ont traditionnellement contribué dans une large mesure à l’emploi et à l’activité économique. Si la transition écologique devrait créer quelque 500 000 emplois en Europe d’ici à 2050, la BEI met également tout en œuvre pour garantir que ses financements contribuent à une transition juste pour les régions ou pays les plus touchés, afin que personne ne soit laissé pour compte dans la lutte contre les changements climatiques.

    En 2015, la BEI s’est engagée à porter la part de ses prêts consacrée à l’action en faveur du climat à 35 % du total de ses investissements dans les pays en développement à l’horizon 2020. Elle a dépassé cet objectif en 2019, avec des investissements totalisant 3 milliards d’euros, soit 43 % de son engagement total dans les pays en développement, y compris ceux qui sont les plus exposés aux catastrophes d’origine climatique. Le Groupe BEI applique les mêmes normes environnementales et sociales pour évaluer les projets à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union européenne.

    Transports durables et sécurité des transports

    La BEI investit dans des solutions de transport public durables. Elle soutient des projets durables liés aux transports maritime, routier et aérien (entre autres), à la poursuite des objectifs suivants :

    • favoriser la croissance et la création d’emplois ;
    • réduire les émissions de gaz à effet de serre ;
    • réduire les nuisances sonores ;
    • améliorer la qualité de l’air ;
    • promouvoir la sécurité.

    Nature et biodiversité

    La nature et la biodiversité sont essentielles à la vie. Environ la moitié du PIB mondial provient des ressources naturelles. La perte de biodiversité et la crise climatique sont étroitement liées.

    La BEI soutient la politique de l’UE en matière de préservation de la biodiversité en veillant à ce que ses projets consolident les habitats naturels et n’aient pas d’incidences négatives sur la biodiversité. Elle collabore avec les responsables politiques, les entreprises et la société civile pour relever les défis liés à la biodiversité et accroître les investissements dans la nature, la restauration des écosystèmes et la résilience.

    La BEI investit dans la nature de plusieurs façons :

    • elle finance des projets et soutient de nouveaux acteurs financiers dans les domaines du climat et de la nature ;
    • elle accorde des prêts à d’autres institutions financières, lesquelles servent d’intermédiaires pour des projets et des entreprises de plus petite taille ;
    • elle investit dans des fonds qui incitent les investisseurs privés à soutenir la nature.

    En collaboration avec la Commission européenne, elle a mis en place le Mécanisme de financement du capital naturel, un instrument dédié au financement de la biodiversité et de solutions fondées sur la nature en Europe. 

    Foresterie, agriculture et nature urbaine

    Les forêts jouent un rôle essentiel dans la lutte contre les changements climatiques. Elles forment d’importants puits de carbone et aident à accroître la résilience face à certains effets de ces changements, comme l’érosion des sols et le risque accru d’inondation. Les activités de la BEI appuient l’ensemble de la chaîne de valeur forestière, y compris la restauration des forêts, le boisement et les industries forestières. La Banque s’efforce de protéger et d’améliorer la biodiversité et les services écosystémiques, tout en favorisant la croissance économique et l’emploi en milieu rural.

    L’agriculture protège les ressources naturelles et les utilise pour notre bien-être. Dans de nombreux pays du monde, elle est au cœur de l’entrepreneuriat local, de l’emploi et du développement social. La BEI soutient l’économie rurale au profit des entrepreneurs et de la société dans son ensemble, afin de promouvoir un environnement durable et de réduire l’empreinte de l’agriculture en matière d’émissions de CO2.

    La végétalisation des villes a de nombreuses incidences positives, telles que la réduction des risques d’inondation, la lutte contre les répercussions négatives des vagues de chaleur, ou encore l’amélioration de la qualité de l’air et de l’eau sur le plan local. Elle permet également d’améliorer la perméabilité des sols et de limiter l’empiétement sur les terres fertiles. Les solutions urbaines fondées sur la nature peuvent également renforcer la cohésion sociale et accroître la qualité de vie. Le soutien de la BEI à la revitalisation urbaine et à des solutions fondées sur la nature dans les villes améliore les conditions de vie de millions de citoyens dans le monde entier.

    Océans durables et économie bleue

    Les océans et les mers couvrent plus de 70 % de la surface de la Terre. Ils ont une fonction vitale lorsqu’il s’agit du climat et de la biodiversité de notre planète. Ils fournissent aussi de la nourriture, des médicaments, de l’énergie renouvelable et des ressources naturelles à des milliards de personnes partout dans le monde. Depuis les années 70, les océans ont absorbé plus de 90 % de l’excédent de chaleur provenant des émissions de gaz à effet de serre. Pour promouvoir le développement durable et réduire la pauvreté, il est essentiel de préserver la santé des océans. La BEI investit dans l’économie bleue durable et apporte son appui à des initiatives visant à réduire la pollution et à préserver cette ressource naturelle.

    En savoir plus sur les océans durables et à l’économie bleue.

    Dépollution, y compris sonore, pureté de l’air et propreté de l’eau

    La prévention et la réduction de la pollution sont de grands piliers des politiques environnementales de l’UE. La BEI promeut une stratégie intégrée à l’égard de la prévention et de la réduction des émissions dans l’air, l’eau et le sol afin de protéger l’environnement dans son ensemble, et elle finance des projets spécifiques de dépollution.

    La Banque définit, pour les promoteurs de projets, des exigences claires visant à prévenir, à réduire et, dans la mesure du possible, à éliminer la pollution générée par les différentes activités tout au long du cycle de vie des projets (de la conception au démantèlement). Son Manuel des bonnes pratiques environnementales et sociales offre un aperçu des normes qu’elle applique.

    Approvisionnement en eau et assainissement

    La BEI appuie un éventail diversifié de projets portant sur la fourniture et la gestion de services relatifs à l’eau :

    • approvisionnement en eau ;
    • évacuation et traitement des eaux usées ;
    • érosion côtière ;
    • prévention des crues.

    La BEI propose des financements à long terme et des conseils techniques, ainsi qu’un appui à la recherche-développement et à l’innovation. La plupart de ses activités dans le secteur de l’eau et de l’assainissement sont menées dans l’UE, mais la Banque soutient également des initiatives internationales comme la Facilité ACP-UE pour l’eau, Horizon 2020 et Alliance for Global Water Adaptation.

    Économie circulaire et gestion des déchets

    La BEI soutient la transition vers une économie circulaire, dans le cadre de laquelle la valeur des produits, des matériaux et des ressources est maintenue dans l’économie le plus longtemps possible et la production de déchets est réduite au minimum.

    Les projets appuyant l’économie circulaire réduisent généralement la consommation de ressources et la production de déchets, ce qui entraîne une baisse des émissions de gaz à effet de serre.

    Gestion des risques de catastrophe naturelle, remise en état et reconstruction

    Des catastrophes naturelles telles que les séismes, les inondations, les sécheresses, les coulées de boue, les avalanches et les glissements de terrain mettent en danger des vies humaines, des écosystèmes et des économies. Il est essentiel d’investir dans la prévention et la réduction des risques de catastrophes naturelles pour accroître la résilience des personnes, des communautés, des pays et de leurs actifs, ainsi que de l’environnement.

    La BEI œuvre au renforcement de la gouvernance nationale et internationale pour améliorer la préparation aux catastrophes naturelles et l’adaptation aux changements climatiques, comme le recommande notamment le Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe. La stratégie de la BEI en matière d’action pour le climat promeut la mise en place d’un système de gestion des risques pour réduire la vulnérabilité des actifs, des populations et des écosystèmes associés à ses projets.

    La Banque appuie également des projets de reconstruction après des catastrophes naturelles, qui offrent la possibilité cruciale de reconstruire en mieux, notamment en intégrant la réduction du risque de catastrophe naturelle dans les mesures de développement.

    Énergie

    Les systèmes énergétiques doivent évoluer si l’on souhaite atteindre les objectifs climatiques à long terme. La BEI finance des projets qui :

    • exploitent le potentiel d’efficacité énergétique : la BEI soutient des projets qui portent sur la modernisation et le développement d’infrastructures et de services sociaux et urbains existants ;
    • contribuent à la décarbonation de l’approvisionnement en énergie : la BEI finance des projets ayant trait aux énergies renouvelables en Europe et ailleurs – parcs éoliens terrestres et marins, production d’énergie solaire, hydroélectrique, géothermique et à partir de la biomasse solide, entre autres – ainsi que le développement d’infrastructures pivots.

    La BEI propose également :

    des conseils pour les projets relatifs aux énergies durables : de nombreuses villes et régions sont dépourvues des compétences techniques et des capacités organisationnelles nécessaires pour mettre en œuvre de grands projets liés à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables. C’est ici qu’intervient ELENA (le Mécanisme européen d’assistance technique pour les projets énergétiques locaux). L’aide au titre d’ELENA couvre jusqu’à 90 % du coût de l’assistance technique nécessaire pour préparer la mise en œuvre et obtenir le financement du programme d’investissement. Ce mécanisme est financé par la Commission européenne et géré par la BEI.

    Les taux de rentabilité économique et financière ajustés

    Lorsqu’elle évalue la justification économique d’un projet censé avoir une forte incidence sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), la Banque intègre le coût économique du carbone.

    Programme empreinte carbone

    la Banque évalue les émissions de GES des projets d’investissement qu’elle finance en utilisant des méthodologies sectorielles. Elle publie des données relatives aux différents projets sur son registre public et des données cumulées sur les financements intervenus au cours d’une année dans son rapport sur la durabilité.

    Abandon progressif des combustibles fossiles

    La BEI cessera progressivement de financer des projets énergétiques recourant aux combustibles fossiles sans dispositif d’atténuation. Ces projets comprennent notamment la production de pétrole et de gaz naturel, les infrastructures pour le gaz naturel et les technologies de production d’électricité engendrant des émissions de gaz à effet de serre supérieures à 250 g de CO2 par kWh d’électricité produite. Découvrez comment la BEI soutient la transformation du secteur de l’énergie dans la politique de prêt dans le secteur de l’énergie qu’elle a adoptée le 14 novembre 2019.

    Risque et vulnérabilité climatiques

    Pour les projets, secteurs et domaines particulièrement vulnérables aux effets des changements climatiques, la BEI impose au promoteur de prendre en considération les risques climatiques et d’intégrer des mesures d’adaptation dans la conception et dans l’exploitation du projet. La Banque déploie actuellement un système de gestion des risques climatiques dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie en matière d’action pour le climat.

    Suivi des financements climatiques

    La transparence et la crédibilité sont essentielles pour l’établissement de rapports sur le financement de l’atténuation des changements climatiques. En 2015, la BEI et d’autres banques multilatérales de développement, ainsi que l’International Development Finance Club (IDFC), ont défini un ensemble de principes, de définitions et de directives communs concernant le suivi du financement de l’atténuation des changements climatiques.

    Pacte vert pour l’Europe

    Les changements climatiques et la dégradation de l’environnement menacent la planète tout entière. Pour relever ces défis, l’Europe a besoin d’une nouvelle stratégie de croissance. Ses objectifs :

    • parvenir à zéro émission nette de gaz à effet de serre en Europe d’ici 2050 ;
    • faire en sorte que la croissance économique ne soit pas entièrement tributaire de l’utilisation des ressources ;
    • ne laisser personne ni aucune région de côté.

    Le pacte vert pour l’Europe est la feuille de route qui vise à rendre l’économie de l’UE durable et inclusive. 

    La BEI est un partenaire important pour aider l’Union européenne à transposer ses ambitions dans la réalité. Elle contribuera à la réalisation de ces objectifs dans le cadre d’InvestEU et de son Mécanisme pour une transition juste.

    La contribution de la BEI au Plan d’investissement du pacte vert pour l’Europe devrait se monter à 250 milliards d’euros au total. Ces financements pour des investissements verts sont mis à disposition dans le cadre des mandats de l’UE (instruments et ressources budgétaires de l’UE).

    1. 15 et 16 juin 2001

      Conseil européen de Göteborg : la stratégie de développement durable de l’UE est approuvée et la BEI est invitée à la soutenir. La photo illustre la participation de la BEI à des investissements visant à protéger la planète des incidences négatives des changements climatiques. Depuis 2002, la Banque et la Commission coordonnent leurs actions dans ce domaine.

    2. 4 juillet 2007

      La BEI lance sur les marchés des capitaux les toutes premières obligations vertes au monde, appelées obligations climatiquement responsables (OCR). Les ressources collectées ont contribué à financer des projets relatifs aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

      Depuis juin 2020, conformément au règlement  établissant une taxinomie de l’UE, les fonds levés au moyen de ces émissions peuvent être utilisés à l’appui d’autres domaines dans lesquels la BEI intervient pour lutter contre les changements climatiques, y compris la recherche, le développement et le déploiement de technologies innovantes à faible intensité de carbone, les infrastructures ferroviaires et le matériel roulant électriques ainsi que les autobus électriques.

      Découvrez dans cette vidéo quelques-uns des projets financés par le produit des OCR.

    3. Septembre 2010

      Adoption du Manuel des bonnes pratiques environnementales et sociales de la BEI, qui fixe les lignes directrices permettant de prendre en considération les aspects relatifs à l’environnement et au bien-être des populations dans les projets soutenus par la Banque.

    4. 23 juillet 2013

      Mise en œuvre de la norme d’émission EPS (Emissions Performance Standard) applicable à tous les projets de production d’énergie à partir de combustibles fossiles dans le but d’exclure les investissements dont les émissions de carbone dépassent le seuil fixé. Cette norme d’émission fait partie du large éventail de critères utilisés par la BEI dans le domaine du climat.

    5. 22 septembre 2015

      La BEI adopte sa stratégie en matière d’action pour le climat, résultat d’une consultation publique qui a permis de revoir la façon dont le Groupe BEI appuie l’action climatique. Cette stratégie décrit la manière dont la Banque envisage ses futures activités en matière d’action pour le climat.

    6. 6 septembre 2018

      La BEI a émis sur les marchés des capitaux ses premières obligations pour le développement durable, destinées à soutenir directement la finance durable. Initialement consacré au soutien de projets relatifs à l’eau, le produit des obligations pour le développement durable peut également servir à financer, depuis 2019, des projets relatifs à l’éducation et à la santé et, depuis 2020, des initiatives directement liées à la lutte contre le coronavirus.

      Pour en savoir plus sur les obligations pour le développement durable, regardez la vidéo.

    7. 14 November 2019

      Adoption d’une politique ambitieuse de prêt dans le secteur de l’énergie
      À la suite d’un dialogue intensif mené avec les parties prenantes, le Groupe BEI décide de cesser progressivement, d’ici la fin 2021, de financer des projets énergétiques qui recourent sans dispositif d’atténuation aux combustibles fossiles, gaz naturel compris. Avec sa politique de prêt dans le secteur de l’énergie, la banque du climat franchit une étape importante dans la lutte contre les changements climatiques. Le Conseil d’administration approuve également les nouvelles ambitions de la Banque en matière d’action pour le climat et de durabilité environnementale.

    8. 11 novembre 2020

      Les États membres de l’UE approuvent la Feuille de route du Groupe BEI dans son rôle de banque du climat pour la période 2021-2025
      Cette feuille de route expose en détail la manière dont le Groupe BEI soutiendra le pacte vert pour l’Europe et le développement durable en dehors de l’Union européenne au cours de la décennie 2021-2030, qui sera décisive. Elle est le fruit d’un dialogue avec les parties prenantes, qui a notamment pris la forme de deux événements de grande envergure organisés en mars et juin et de plus de 200 contributions écrites adressées à la Banque.

    Coup de projecteur

     

    Ensemble pour le climat

    En collaboration avec ses partenaires, la BEI veille à intégrer la dimension climatique dans l’ensemble de ses activités.

     

    Empreinte carbone interne

    La BEI ne mesure pas seulement l’empreinte carbone de l’ensemble des projets d’investissement qu’elle finance, mais elle s’est également engagée à réduire sa propre empreinte carbone.

     

    Changements climatiques et monde universitaire

    L’Institut BEI collabore étroitement avec la communauté universitaire pour faire progresser la recherche sur les changements climatiques et le développement durable. La BEI parraine ainsi la création de deux chaires sur la transition climatique auprès de l’Institut universitaire européen et de Sciences Po afin de promouvoir la recherche dans ce domaine.

    Rapports conjoints