>@Cavidi
©Cavidi

La BEI a accordé un prêt de 10 millions d'EUR à l'entreprise suédoise de biotechnologies Cavidi AB pour la mise au point d'un appareil automatisé de prochaine génération pour le contrôle de la charge virale VIH. Il s'agit de la première opération au titre du volet « Recherche sur les maladies infectieuses » du dispositif InnovFin, un instrument financier innovant comportant une prise de risque élevée, qui fait partie de la nouvelle génération d'instruments financiers pour les entreprises axées sur l'innovation et la croissance.

La nouvelle technologie de Cavidi pour le contrôle VIH a démontré son efficacité dans des laboratoires simples et moins sophistiqués, autres que des salles blanches, qui sont fréquents dans les pays à revenu faible ou moyen, souvent les plus touchés par la pandémie de VIH. Ce nouvel appareil de contrôle constitue une grande avancée car la mesure exacte de la charge virale réelle chez les patients atteints du VIH peut grandement contribuer aux efforts visant à réduire l'épidémie croissante du sida. En effet, maintenir une charge virale faible réduit la probabilité de transmettre le virus.

La société compte lancer cet appareil de prochaine génération pour le contrôle de la charge virale VIH au cours de 2016 et gagner rapidement une part de marché solide pour les produits de diagnostic du VIH à proximité des centres de soins, comme les laboratoires des hôpitaux locaux, dans les pays à faible et moyen revenu.

Cette première opération est menée par la BEI au titre du volet « Recherche sur les maladies infectieuses » du dispositif « InnovFin – Financement européen de l'innovation » qui fait partie de la nouvelle génération d'instruments financiers pour les entreprises axées sur l'innovation et la croissance et qui bénéficie de l'appui financier de l'Union européenne dans le cadre de l'initiative Horizon 2020. L'objectif du volet « Recherche sur les maladies infectieuses » du dispositif InnovFin est de permettre à la BEI de financer des projets risqués dans le domaine des maladies infectieuses, où le risque est lié à la mise au point réussie de vaccins, de médicaments ou d'appareils médicaux innovants et à leur future commercialisation.

Jonathan Taylor, vice-président de la BEI responsable des opérations de financement en Suède, a déclaré : « Nous nous réjouissons de forger un partenariat avec Cavidi dans le cadre de cette opération innovante car elle permettra à la banque de l'UE de soutenir des technologies d'avenir dont les applications concrètes s'attaqueront efficacement à la pandémie de VIH. Par ce premier prêt au titre du volet « Recherche sur les maladies infectieuses » du dispositif InnovFin, nous confirmons notre engagement à fournir un meilleur accès au financement, en particulier pour des projets risqués, dans le secteur médical. Voici un élément crucial pour assurer la continuité entre la recherche-développement pure et la création d'entreprises commercialement viables en Europe. Les projets de ce type renforcent la compétitivité et la capacité d'innovation des industries et des entreprises européennes liées à la santé, confortant ainsi la position de l'Europe en tant que fournisseur de technologies de premier plan, tout en offrant des possibilités d'emplois qualifiés. »

John Reisky de Dubnic, PDG de Cavidi a ajouté : « Les nouveaux instruments de financement de la BEI joueront un rôle essentiel dans le développement d'entreprises innovantes et la réussite commerciale de nouveaux produits. Ces nouvelles sources de financement sont cruciales car il en existe peu pour les entreprises qui veulent transformer leurs résultats probants de R-D en produits commerciaux. Nous disposons d'une technologie éprouvée et efficace qui peut bénéficier à des millions de personnes dans des pays durement touchés. Ce soutien de la BEI nous aidera à développer plus rapidement notre technologie et à accroître l'accès au contrôle de la charge virale aux patients atteints du VIH qui en ont le plus besoin. »

Carlos Moedas, commissaire européen pour la recherche, la science et l'innovation, a déclaré : « Ce premier prêt au titre du volet « Recherche sur les maladies infectieuses » du dispositif InnovFin permettra non seulement d'accélérer la mise au point d'un appareil innovant pour le contrôle du traitement du VIH dans l'intérêt des patients, mais il soutiendra également la croissance d'une entreprise familiale européenne innovante. Il s'agit là d'un exemple parmi beaucoup d'autres de la façon dont l'initiative Horizon 2020, le programme de financement de l'UE pour la recherche et l'innovation, répond aux défis sociétaux majeurs tout en stimulant la compétitivité et la croissance européennes. »

Un suivi efficace du VIH réduit le coût du traitement ainsi que le risque qu'une personne atteinte du virus en infecte d'autres. Il contribue par conséquent à gérer efficacement la maladie, limite sa propagation ainsi que les souffrances et les coûts futurs qui en découlent pour la société.

Note au responsable de publication :

À propos de la BEI

La Banque européenne d'investissement (BEI), dont les actionnaires sont les États membres de l'Union européenne (UE), est l'institution de financement à long terme de l'UE. Elle met à disposition des financements à long terme destinés à appuyer des investissements de qualité afin de contribuer à la réalisation des grands objectifs de l'UE. En 2014, le concours de la BEI en Suède s'est élevé à 1,41 milliard d'EUR et s'est concentré sur les projets encourageant les transports durables, l'efficacité énergétique et l'aménagement urbain (pour davantage de détails, prière de cliquer ici).

À propos de Cavidi

Cavidi est le principal fournisseur suédois d'équipements de suivi de la charge virale VIH. Ses produits permettent une gestion efficace des médicaments de lutte contre le VIH afin que les personnes atteintes du virus puissent avoir une espérance de vie normale. Les produits de diagnostic de la charge virale de Cavidi réduisent le coût du traitement et la propagation du VIH. Fondée en 1984, Cavidi est une entreprise suédoise de biotechnologies utilisant les méthodes et les travaux de recherche de virologues de premier plan de l'université d'Uppsala. Elle a des bureaux en Suède, en Afrique du Sud, en Inde et aux États-Unis.

À propos des produits financiers InnovFin

Dans le cadre de l'initiative Horizon 2020, le nouveau programme de recherche de l'UE pour la période 2014-2020, la Commission européenne et le Groupe Banque européenne d'investissement (BEI et FEI) ont lancé une nouvelle génération d'instruments financiers et de services de conseil qui doivent faciliter l'accès au crédit pour les entreprises innovantes. Au cours des sept prochaines années, le dispositif « InnovFin – Financement européen de l'innovation » offrira une série de produits sur mesure qui permettront de mettre à disposition plus de 24 milliards d'EUR de financements à l'appui de projets de recherche et d'innovation (R-I) menés par des entreprises de petite, moyenne et grande dimension et par les promoteurs d'infrastructures de recherche. Ces financements devraient permettre de mobiliser, au total, jusqu'à 48 milliards d'EUR d'investissements dans la recherche et l'innovation.

Le dispositif InnovFin s'inspire du succès du Mécanisme de financement avec partage des risques (MFPR) mis en place au titre du septième programme-cadre de recherche et de développement technologique de l'UE (7e PC), qui a financé 114 projets de R-I pour un montant de l'ordre de 11,3 milliards d'EUR et fourni en outre des garanties sur prêts d'une valeur de plus de 1,4 milliard d'EUR.

Les produits financiers InnovFin, qui seront couverts par des fonds réservés à cette fin dans le cadre d'Horizon 2020 et par le Groupe BEI, seront déployés à l'appui d'activités de R-I, qui sont, par nature, plus risquées et plus difficiles à évaluer que des investissements classiques, et pour lesquelles il est souvent difficile d'accéder à un financement. Tous sont des instruments qui reposent sur la demande et qui ne font l'objet d'aucune répartition préalable entre secteurs, pays ou régions. Les entreprises et autres entités situées dans les États membres de l'UE et dans les pays associés au titre de l'initiative Horizon 2020 seront admissibles en qualité de bénéficiaires finals.

Le volet « Recherche sur les maladies infectieuses » du dispositif InnovFin est un nouveau mécanisme de partage des risques conçu pour stimuler l'investissement dans les activités de R-D qui visent en particulier la mise au point de vaccins, de médicaments ou d'appareils médicaux innovants ainsi que les nouvelles infrastructures de recherche sur les maladies infectieuses. Avec ce dispositif, la BEI ciblera les promoteurs de projets dans le domaine des maladies infectieuses qui ont franchi avec succès l'étape préclinique et qui sont, de préférence, à un stade précoce de développement clinique et pour lesquels une validation clinique est requise ou bien qui sont prêts à lancer les essais cliniques. Le financement de l'UE permettra à la BEI d'offrir une large gamme de produits financiers susceptibles d'appuyer des projets plus risqués et allant des instruments de dette standard (dette de premier rang, subordonnée et mezzanine) aux instruments avec partage des risques, avec des options d'annulation en cas d'échec des projets soutenus. Pour atténuer les risques liés au mécanisme et assurer l'affectation la plus bénéfique des fonds, les projets ciblés doivent présenter un impact sur la santé publique et un potentiel de marché avérés et bénéficier de l'engagement ferme des promoteurs d'en assurer un large cofinancement.