>@EIB
©EIB
  • Le montant de 50 millions d’EUR octroyé par la BEI porte le Wachstumsfonds Bayern 2 à 165 millions d’EUR
  • De jeunes pousses technologiques, telles que German Bionic Systems, OroraTech et Wealthpilot, sont soutenues dans leur phase de croissance
  • L’opération bénéficie de la garantie du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS)

Grâce au concours de la BEI, le marché bavarois du capital-risque disposera de ressources supplémentaires pour les jeunes pousses innovantes axées sur les technologies. Parmi les premières entreprises allemandes à en bénéficier dans les domaines de la robotique, de l’espace et des technologies financières figurent German Bionic Systems, OroraTech et Wealthpilot. Elles pourront compter sur le capital-risque du Wachstumsfonds Bayern 2 (WFB 2) pendant leur phase de croissance.

Ce fonds, qui bénéficiait jusqu’ici de l’appui de LfA Förderbank Bayern et de Bayern Kapital GmbH, a atteint la taille de 165 millions d’EUR à la suite de l’engagement de 50 millions d’EUR approuvé par la BEI en mars. Bayern Kapital GmbH, filiale à 100 % de LfA Förderbank Bayern pour les investissements en capital-risque, reste responsable de la gestion du fonds.

La cérémonie de signature s’est tenue le 5 juillet 2021 en présence d’Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI, et de Roland Weigert, secrétaire d’État auprès du ministère bavarois de l’économie, ainsi que des fondateurs et chefs des trois premières entreprises en portefeuille du WFB 2.

Entretemps, WFB 2 a investi dans OroraTech, une entreprise qui développe un système de détection précoce des incendies de forêt fondé sur de petits satellites. Afin d’être en mesure de prévenir encore plus rapidement les incendies de forêt partout dans le monde, OroraTech a l’intention de mettre en place, dans les années à venir, son propre réseau de nanosatellites. De la taille d’une boîte à chaussures, ils seront équipés de très petites caméras infrarouges ayant recours à l’intelligence artificielle. Des administrations des forêts du monde entier ont déjà intégré la plateforme de détection des incendies d’Ororatech dans leurs systèmes d’alerte précoce.

Parmi les autres bénéficiaires du Wachstumsfonds Bayern 2 figurent les entreprises German Bionic Systems et Wealthpilot. Établi à Augsbourg, German Bionic Systems compte parmi les chefs de file du marché européen des exosquelettes robotisés, dont il est aussi l’un des précurseurs. Son équipement intelligent, qui se porte sur le dos, offre un soutien corporel aux personnes dont le métier est physiquement contraignant, les manutentionnaires par exemple, et permet ainsi de réduire le risque de développer des troubles musculo-squelettiques.

Wealthpilot est une entreprise de technologie financière qui propose des solutions aux banques, aux compagnies d’assurance et aux conseillers en placements de tous types. Elle leur permet, en un seul clic, d’analyser et de gérer l’ensemble du patrimoine de leur clientèle et de fournir à cette dernière, via un compte personnel, un accès transparent et clair sur tous les terminaux.

Ces prises de participation démontrent l’approche innovante et axée sur les technologies du Wachstumsfonds Bayern 2, qui peut s’appuyer sur un réseau bien développé dans les universités et les centres de recherche bavarois et met ainsi en évidence les capacités d’innovation de la région.

La participation de la BEI au WFB 2 bénéficie de la garantie du Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS). Le FEIS est un pilier majeur du Plan d’investissement pour l’Europe, avec lequel la BEI et la Commission européenne cherchent à stimuler les investissements en Europe.

Dans le respect des critères d’admissibilité du FEIS et de la BEI, WFB 2 pourra financer principalement de jeunes pousses actives dans les domaines des sciences de la vie, des technologies médicales et des diagnostics, ainsi que dans l’informatique et la robotique. L’engagement en Bavière vise à renforcer les entreprises en phase de croissance, qui attirent trop peu d’investisseurs privés en Allemagne, contrairement à ce qu’on observe aux États-Unis et en Chine.  

« Je suis ravi que la BEI coopère avec LfA Förderbank Bayern pour renforcer le Wachstumsfonds Bayern 2 », a déclaré Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI chargé des activités en Allemagne. « Les jeunes pousses très innovantes telles qu’OroraTech, German Bionic et Wealthpilot sont essentielles pour l’emploi durable et la croissance de la productivité. La BEI, avec l’appui du Plan d’investissement pour l’Europe, encourage notamment les investissements qui renforcent la compétitivité de l’économie européenne. Ce soutien s’avère d’autant plus important en cette période économique difficile causée par la pandémie de COVID-19 », a-t-il souligné.

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, a déclaré : « Je suis heureux que le Plan d’investissement pour l’Europe soutienne le fonds bavarois Wachstumsfonds Bayern 2. Il offrira du capital-risque aux jeunes pousses dans des domaines tels que les sciences de la vie et les technologies médicales, afin que les entreprises innovantes puissent croître et développer leurs activités commerciales. Nous devons soutenir les idées novatrices qui sont une source importante d’emplois et de croissance durable en Europe. C’est un financement tourné vers l’avenir qui entre en action. »

Roland Weigert, secrétaire d’État du ministère bavarois de l’économie, a commenté l’opération en ces termes : « Notre politique économique a pour principal objectif d’offrir aux entrepreneurs courageux qui regorgent d’idées prometteuses les conditions optimales pour leur permettre de croître et de réussir. Ce sont eux qui portent l’innovation et qui renforcent ainsi considérablement notre compétitivité. Grâce au montant supplémentaire de 50 millions d’EUR accordé par la BEI au Wachstumsfonds Bayern 2, nous pourrons apporter un appui ciblé à davantage de jeunes pousses bavaroises aux modèles d’entreprise très innovants. La participation de la BEI constitue également une reconnaissance claire du rôle de la Bavière en tant que pôle économique. La visite en personne du vice-président de la BEI Ambroise Fayolle et de sa délégation à Munich en témoigne et nous en sommes ravis. »

Roman Huber et Georg Ried, dirigeants de Bayern Kapital GmbH, se félicitent de la participation de la BEI au Wachstumsfonds Bayern 2 : « Ce nouveau fonds permettra non seulement de maintenir la formule couronnée de succès de son prédécesseur, mais aussi de la renforcer », a déclaré Roman Huber. Et Georg Ried d’ajouter : « Davantage d’entreprises innovantes et à forte croissance pourront être financées au moyen de participations pouvant atteindre 10 millions d’EUR. Outre l’apport financier, notre coopération régulière avec des investisseurs nationaux et internationaux permet aux entreprises de bénéficier d’un important savoir-faire spécialisé sur le marché international. »

Otto Beierl, président de LfA Förderbank Bayern, a déclaré : « La Bavière possède de jeunes pousses très performantes et innovantes. Pour que ces modèles commerciaux prometteurs parviennent à s’imposer sur le marché, un financement extérieur est souvent nécessaire, en particulier dans la phase de croissance. En tant que partenaire de co-investissement, le Wachstumsfonds Bayern 2 veille à ce que les jeunes entreprises puissent bénéficier, en plus des capitaux publics, de l’appui financier d’investisseurs privés. La participation de 50 millions d’EUR de la Banque européenne d’investissement au Wachstumsfonds Bayern 2 met des ressources européennes à disposition de la Bavière et envoie un signal très encourageant quant à la situation économique et technologique de la région. »

Informations générales

Wachstumsfonds Bayern 2

Le ministère bavarois de l’économie a lancé le Wachstumsfonds Bayern en 2015 et, par son intermédiaire, a investi 71 millions d’EUR dans 23 jeunes pousses bavaroises prometteuses employant 1 850 salariés hautement qualifiés. La participation d’investisseurs nationaux et étrangers a permis de mobiliser 350 millions d’EUR supplémentaires de capitaux privés à l’appui de ces jeunes entreprises. Pour lui succéder, la Bavière a lancé, à la mi-2020, le Wachstumsfonds Bayern 2, doté d’une enveloppe de 115 millions d’EUR. La contribution de la BEI porte le volume de ce fonds à 165 millions d’EUR.

Allemagne : la BEI fournit 50 millions d’EUR de capital-risque au Wachstumsfonds Bayern 2

FEIS

Le Fonds européen pour les investissements stratégiques est l’élément central du Plan d’investissement pour l’Europe. Il vise à combler les déficits d’investissement, à créer des emplois, à contribuer à la croissance du PIB et à améliorer la vie des citoyens en Europe et donc aussi en Allemagne. La garantie du FEIS permet de soutenir des investissements stratégiques dans des domaines clés tels que les infrastructures, la recherche et l’innovation, l’éducation, ainsi que les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, et de proposer des solutions de capital-risque aux PME.

LfA Förderbank Bayern

LfA Förderbank Bayern est depuis 1951 la banque publique spécialisée dans le financement des PME en Bavière. Les prêts sont en principe sollicités auprès des banques attitrées des entreprises et accordés par l’intermédiaire de celles-ci. Via sa filiale Bayern Kapital GmbH, LfA propose également aux créateurs d’entreprises et entrepreneurs bavarois des apports de fonds propres.

Bayern Kapital GmbH

Bayern Kapital GmbH, dont le siège se situe à Landshut, a été fondée en 1995 à l’initiative du gouvernement du Land de Bavière en tant que filiale à 100 % de LfA Förderbank Bayern. En sa qualité de société de capital-risque de la Bavière, Bayern Kapital y fournit des fonds propres aux créateurs d’entreprises innovantes de haute technologie et aux jeunes entreprises technologiques novatrices. Bayern Kapital gère actuellement 13 fonds, dont le volume des participations atteint environ 500 millions d’EUR. Jusqu’à présent, Bayern Kapital a investi quelque 320 millions d’EUR en fonds propres dans plus de 275 entreprises innovantes axées sur les technologies dans un large éventail de secteurs, dont les sciences de la vie, les logiciels et les technologies de l’information, les matériaux et les nouveaux matériaux, les nanotechnologies et les technologies de l’environnement. Ainsi, plus de 7 500 emplois permanents ont été créés dans des entreprises viables en Bavière.