>@Western Balkans Rail Summit 2021
©Western Balkans Rail Summit 2021

La mise en place d’un réseau ferroviaire moderne, fondé sur le numérique, permettant des liaisons ferroviaires express directes entre les grandes villes de la région, contribuera à améliorer la connectivité et à fournir un mode de transport plus sûr et plus respectueux de l’environnement aux personnes et aux entreprises des Balkans occidentaux. Cette évolution a été reconnue comme une priorité essentielle, dans le document intitulé « Engagement en faveur du rail », signé ce jour par les ministres chargés des transports dans la région, lors du premier sommet ferroviaire dans les Balkans occidentaux, qui s’est tenu à Belgrade. Cet événement, organisé par la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), est placé sous les auspices du ministère serbe de la construction, des transports et des infrastructures.

Ce sommet a réuni des ministres des Balkans occidentaux et des pays voisins, des représentants de la Commission européenne et des professionnels du rail qui ont discuté de la meilleure façon de promouvoir la politique régionale et européenne des transports et de contribuer à la mise en place de réseaux de transport ferroviaire numériques et durables dans la région. Les États se sont engagés à respecter un certain nombre de priorités, concernant notamment la réintroduction de liaisons directes par trains interurbains entre la région et l’Union européenne, le renforcement du passage au numérique des réseaux ferroviaires afin de réaliser une interconnexion et d’échanger des données concernant le transport transfrontalier de voyageurs et de marchandises, le renforcement de la sécurité des passages à niveau et l’ouverture des marchés ferroviaires.

« J’espère que ce premier sommet ferroviaire dans les Balkans occidentaux créera une dynamique qui engendrera des évolutions positives, en mettant l’accent sur les investissements dans le transport ferroviaire, ce qui rendra leur attrait aux voyages en train, pour les citoyens et les entreprises de la région. On peut y parvenir en se concentrant simultanément sur deux axes : l’adoption de normes et la construction et l’amélioration des infrastructures. Il est encourageant de constater que le sommet a réuni des responsables politiques et des représentants d’institutions financières susceptibles de mener le changement dans une direction positive. Le train est l’un des moyens de transport les plus respectueux de l’environnement ; à ce titre, il n’est responsable que d’une part infime des émissions de gaz à effet de serre liées aux transports et il présente un énorme potentiel de contribuer à la prospérité économique de la région », a déclaré Matej Zakonjšek, directeur du Secrétariat permanent de la Communauté des transports.

« La BEI est heureuse de soutenir toutes les initiatives qui favorisent la mobilité durable et accélèrent la modernisation du chemin de fer dans le respect des normes de l’UE. La présence de chemins de fer plus intelligents, plus sûrs et fondés sur le numérique dans toute la région nous aidera à remédier aux problèmes environnementaux et à passer à des transports plus durables. Pour y parvenir, ce secteur nécessite des investissements et une expertise technique sans précédent. La BEI est impatiente de mettre en œuvre le plan économique et d’investissement et d’aider ses partenaires locaux à accéder aux fonds disponibles. Partenaire de la région depuis des décennies et chef de file du financement du secteur ferroviaire, la BEI a jusqu’à présent investi plus de 5 milliards d’EUR dans le secteur des transports », a déclaré Lilyana Pavlova, vice-présidente de la BEI chargée des Balkans occidentaux.

« La BERD aide les pays des Balkans occidentaux à effectuer la transition vers une économie verte ; près de la moitié de ses investissements sont consacrés à des projets qui soutiennent le programme environnemental. Alors que le monde se tourne vers des modes de transport plus verts et plus responsables et que les financements sont disponibles, les Balkans occidentaux ont aujourd’hui l’occasion unique d’investir dans leurs chemins de fer. Avec l’Union européenne et la BEI, nous sommes fermement résolus à continuer de fournir des financements bien structurés et abordables en faveur du développement des chemins de fer en tant que moyens de transport durables, plus écologiques et plus sûrs, dans les Balkans occidentaux », a déclaré Nandita Parshad, directrice générale pour le secteur des infrastructures durables à la BERD.

La date de ce sommet a été choisie pour coïncider avec l’arrivée du train « Connecting Europe Express ». Dans le cadre de l’Année européenne du rail, ce train, qui traversera 26 pays du continent, est arrivé à Belgrade le 12 septembre, d’où il poursuivra son trajet dans la région.

L’Année européenne du rail s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Union européenne au titre du pacte vert pour l’Europe, son plan visant à rendre l’économie durable en parvenant à la neutralité climatique d’ici 2050. L’un des volets clés du plan consiste à déployer des moyens de transport plus propres et plus sains, le secteur des transports produisant actuellement environ 25 % des émissions de gaz à effet de serre de l’Union. Le pacte vert pour l’Europe vise à réduire de 90 % les émissions liées aux transports d’ici 2050. Avec une part de seulement 0,4 % des émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble des transports de l’UE, le rail émet beaucoup moins de CO2 que les déplacements routiers ou aériens équivalents et est l’un des modes de transport les plus durables, innovants et les plus sûrs de l’Union européenne. Par rapport à l’UE, où 75 % du total des trains-kilomètres sont parcourus par des trains électriques, dans les Balkans occidentaux, moins d’un tiers des lignes ferroviaires sont électrifiées.